jeudi, février 23, 2006

elle se demande



extrait de "Elle ou les pages du revers"


Il suffit d’un mot au milieu

De tous les coups de pinceaux

Qui embellissent ma face.

Il suffit d’un mot

Un geste arbitraire,

Un mouvement de retrait ou

Un manque de discernement sélectif.

Il suffit d’un mot

Un retour variable

Et une fuite certaine immédiate.

Dans la nature des choses

Je ne suis personne.

La saison des pluies mouille ma nuque fiévreuse.

Dans la ville charnière,

La vie est un souffle et la mort dure une seconde.

En un mouvement radical

Toutes les issues se bloquent,

Vers de nouvelles composantes poisseuses.

Des conversations officieuses imprègnent l’air,

Un malaise immobile, des murmures malsains.

Je veux boucher mes oreilles

Et toutes mes pores

Pour ne pas voir…

Mais j’ai vu…

Que les chasseurs de l’espace

Ouvrent les poubelles des astres

Et plantent leurs dents

Dans la chair fragile des vaisseaux.

Les couleurs courent alors

Dans les herbes folles de mes souvenirs.

La tortue arrive toujours à bon port

Et puis s’envole

Sans rides ni carapace

Quand la mer est le bout de l’univers

Et l’univers n’est qu’un papier noir

Où des étoiles grossières

Se prennent pour des princesses.

2 Comments:

Anonymous harry steed said...

Il suffit de quelques mots pour vous dire que c'est un plaisir de vous retrouver ici, sous une "autre forme", bien qu'égal à vous même...

Harry Steed

9:53 AM  
Blogger hoda said...

merci harry!
au plaisir de te revoir dans mes pages alors!

10:49 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home