mercredi, septembre 20, 2006

L'AMOUR VACHE


Il fut un temps où l’on cueillait les fruits sur les arbres sous le soleil des étés divers et différents. Il parait qu’aujourd’hui, on les cueille dans les rues, sur les trottoirs et dans tous les espaces cybernétiques.

Il parait aussi que les Hommes aiment de plus en plus les salades de fruits.

Aimer se conjugue à toutes les sauces imaginables et sucrées. Le sucre fait perdre les sens.

Il saoule. Mélangé au vin, il devient une jolie farandole blonde et brune aux yeux colorés de pétillement vital et citadin.

Main dans la main la mangue et le jus de raisin se sont promenés entre les bovins indécis.

La mangue est mûre et douce. Si exotique. Hummm. Le jus de raisin est tendre et impatient.

La vache les couve de son regard noir et intense. Qu’est ce qu’elle est belle Paris! Généreuse métropole qui réunit en son sein fruits, légumes, animaux, apatrides et exilés.

Mais… que se passe t-il ? Aie ! Aouch ! M… !

Oh ce n’était rien ! Juste un passant inattentif qui vient tout juste d’écraser de son pied fébrile et élégant, chaussures Camel et racées la pauvre mangue.

Le passant s’empare du jus de raisin, le soupèse, le hume, le goûte l’adore et le sanctifie, le « josephie », le déguste et puis l’avale.

Par inadvertance ou même par souhait, le beau passant dégoulinant de jus de raisin marcha sur le cœur de mangue.

C’est dingue les violons parisiens qui jouent dans le vide des échos babyloniens. Parle moi je ne te comprend pas. Je ne te comprends pas. Je ne te reçois pas. Ne me presse pas. Je suis une mangue ! Pas une orange !

Ne me jette pas ! Je suis une mangue ! Pas un noyau !

Et quand la mangue se relève de son émoi piéton, elle voit son jus de raisin joyeusement batifoler avec…. une vulgaire pomme….

Elle s’en fut alors trottinant, clopinant, chantonnant, ronronnant, musicalement, le duvet mouillé vers le monde du Silence.

Morale de l’histoire :

L’Homme trentenaire va mal. Alors pour se persuader du contraire, il s’essaie à l’exotisme pour quelques temps et puis réalise que finalement c’est trop beau pour être vrai. Et chaque fin d’été, il retrouve ses pommes tristes, après avoir passé des semaines et des semaines à manger des mangues sucrées et fraîches, avec un goût de vacances, un goût de là bas.

Les femmes et les fruits (voire les jus de fruits) c’est toute une historie d’amour. D’amour vache… mais que dis je ! Je divague ! Vache est un trop faible mot. L’amour est porc.

5 Comments:

Anonymous Anonyme said...

avec le temps, le jus de raisin devient acide
la vache devient bifteck et le porc jambon

il faut laisser le temps au temps petite mangue

persefphone

11:24 AM  
Blogger hoda said...

mais parfois le jus de raisin devient le plus beau vin, la vache une statue coloree et le porce devient soit festif dans les grandes maisons de Cahors soit interdit.
et puis avec le temps, seul la mangue deviendra pourrie...

11:29 AM  
Anonymous Anonyme said...

adieu belles maisons de cahors
adieu rires joyeux des enfants de cahors
adieu soleil, vin, ponts et chateaux de cahors


ne restent de vous que des souvenirs de parfums
et puis la photo du mont saint scyr sur la bouteille de cristalline

11:34 AM  
Blogger Jez said...

l'homme trentenaire pense-t-il que le bonheur est dans la mangue? Ou aurait-il au contraire trop peur des accents parfois trop parfumés de la dite mangue lui préférant alors le sécurité tranquille du fruit du terroir, celui que par ailleurs l'on foule du pied dans certaines contrées?
Après tout, l'homme trentenaire se pose-t-il réellement la question de savoir quel fruit le fait le plus baver? Ou se contente-t-il de manger le fruit qui est là, devant lui?
Et les légumes, alors?!

12:50 PM  
Blogger hoda said...

jez enfin de retour dans mes pages!
falalit-il en parler des mangues :-)!
tu sais c'est des pensees vagabondes, jamais innoncentes mais qui courent dans les herbes folles de mes souvenirs et promenades.
mais alors dis moi, tu n'as pas repondu, toi, tiens effectivement qui es un homme trentenaire, que preferes tu? la mangue ou la pomme?
ou penses tu que c'est egal, a chaque saison son fruit. ou pas?
et si l'homme trentenaire s'arretait un peu avant de croquer dans n'importe quel fruit qu'il trouve sur son chemin?
mais en tout cas on l'adore l'homem trentenaire. so full of surprises :-)

biz

5:03 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home