samedi, septembre 16, 2006

i never wave bye bye



Je n’ai rien vu;

Que le passage à deux niveaux

A la sphère elliptique de mes sentiments.

Que la vapeur chaude,

Légèrement refroidie dans les boyaux de mon corps,

Et l’élégance des machines graisseuses

Qui ricanaient béatement.

Je n’ai rien vu;

Que la création de son corps perlé,

Devant mes yeux belliqueux

Et mes doigts hérissés.

J’ai tordu les mèches qui me retombaient sur le visage,

Et cachaient la blancheur de l’absence.

Et les mots sonnaient dans le creux

Et l’écho infiniment percuté m’affolait.

Je n’ai rien senti;

Que le grondement sourd et incessant

Que la marée montante,

Que le battement périodique des tambours,

Et le battement rythmique des pieds nus

Sur les carreaux de verre brisés.

2 Comments:

Blogger persefphone said...

il est des illuminations qui vous hantent à vous couper le souffle, à vous briser la voix et le coeur


hoda, il est des personnes qui passent, et si on ne leur répond pas au bon moment, c'est que le silence est assez éloquent

surtout ne regrette rien et comme le dirait si bien cd cher johnny (walker, bien sur), il fqut continuer....

bisous transméditéranéens

2:12 PM  
Blogger hoda said...

j'ai ecrit ce texte il y a des annees ne sachant pas de qui je parlais.
le texte etait sorti tout seul.
je n'ai rien vu que des images. je n'avais meme pas vu encore hiroshima.. mon amour... le film.
te rappelles tu le film?
"-j'ai tout vu a hiroshima
_tu n'as rien vu a Hiroshima(...)
_ tu me tues.(...)
_ton nom est Nevers
_ton nom est Hiroshima"
j'ai pas de nom pour eux. ce n'est pas Hoda. ce n'est pas Liban. c'est never. c'est jamais.
j'avais ecrit ce texte sans visage.
aujourd'hui, j'ai trouve le visage qui va avec les mots.
et les mots ont sonne dans le creux comme une enieme repetition d'un spectacle qui n'aura pas lieu.
j'avais les pieds nus.
mais du moins, je reste libre et altiere.
la seule chose que je regrette c'est le manque d'imagination de ceux qui croient avoir tout vu et tout su et qui se retranchent dans leurs peurs citadines.
ils n'ont rien vu a Hoda.
bisous lacepediens.

3:56 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home