mardi, septembre 29, 2009

RER





Les vitres du RER sont des fenêtres ouvertes. Si on plisse les yeux dans le noir des tunnels, on peut lire des choses que la lumière ne dévoile pas. Et même si le trajet n'est que Paris et banlieue parisienne, qu'il est bon le lire sur un mur crasseux "Marseille", avec ses espoirs de soleil et de mer et à penser aux prochaines vacances... peut-être pas à Marseille.... Peut-etre meme à Paris mais le voyage s'inscrit déjà pendant que les yeux se ferment le temps de quelques stations....
Et à s'ouvrir de nouveau sur un paysage mi urbain, mi vert qui défile. Parfois, s'il fait beau, des rayons de soleil s'infiltrent entre les papupières lourdes et clignates des voyageurs anonymes.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home