dimanche, juin 01, 2008

Canta

Il y a des jours où même l'amour ne compte plus. Sur rien. Sur personne. Des jours où même le gris de Paris a une couleur or. Des jours où les évidences s'imposent doucement et nous laissent calmes et résignés. Non pas face à la fatalité. tout simplement face à la vie. Des jours où essayer une bague de créateur relève de l'extraordinaire, où acheter un ticket de Kermesse d'un petit garçon boulevard du temple relève du magique, où attendre un ami assise sur un bloc de pierre relève de la douceur,où sortir du cours de Leo relève de l'intemporel. Dieu est musique. Alors oui, l'amour et ses résidus, dans ces moments là, ne compte pas. Ne se compte plus.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home