vendredi, septembre 21, 2007

Charles tu vivras dans les etoiles

J’ai rencontré Charles il y a 3 ans dans un aéroport. Je l’ai écrit dans mon livre toujours pas fini. Je l’ai écrit parce que dans les tourmentes de la vie il a été un havre d’amitié qui flottait entre Paris et Beyrouth, qui se nourrissait de mots et de confidences. De fumée et de silences.
Lorsque le livre sortira de l’obscurité de mes tiroirs, un passage racontera l’homme aéroport. Mais entre tous les non prénoms des pages, l’homme aéroport aura un prénom. Son prénom est Charles et sa mort est violente. Et son absence sera douloureuse. Et nous resterons accrochés, incrédules, à l’absurdité de sa disparition.




L'homme aeroport

Lui, il a les yeux bleus, mais il n’aura pas de nom. Il s’appellera l’homme aéroport. Il n’est pas une forme.
Il était juste une surprise du hasard dans un « entre les deux ». Une de ces innombrables âmes sœurs parsemées tout au long de la vie. Une auprès de laquelle je ne suis pas aveuglement passée.
Il y avait deux lits dans chaque chambre. Une des chambres n’a jamais été défaite. L’autre chambre a reçu un corps dans chaque lit. Tranquillement on a dormi dans la même chambre, chacun dans un lit et au réveil on a commandé du café. Le creux entre les deux lits n’a pas formé une barrière. Mais une courbe.
C’était une jolie courbe de deux lits qui se touchent à peine. Qui se rejoignent. Entre deux corps qui n’ont pas besoin de se toucher.
Mais plutôt papoter de pays, de formes, d’amours, de livres et d'amities et puis se retrouver place Denfert Rochereau, quelques mois plus tard pour prendre un café.
L’homme aéroport s’en reviendra chez nous. Là bas. Il repassera par Athènes. Sans moi. Et moi je reste. 15 rue des lyonnais.
et le virtuel temporaire remplira nos discussions lointaines. L'homme aeroport me parle. l'homme aeroport me raconte. l'homme ami me dit qu'il aimerait bien repartir vers d'autres cieux une laisse longue au cou pour le rattacher au pays et des ailes immenses pour survoler le monde.

extrait de "l'amour et les loups de Dieu".

2 Comments:

Blogger Jez said...

in the stars or in a rainbow (-:

11:17 PM  
Blogger Hoda said...

wherever it's beatiful for Charles's soul can only be surrounded by beauty. thank you for letting him borrow our rainbow. oh jez if you know how much i'll miss him and how much his death is absurd...
see you jez...

12:10 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home