lundi, novembre 20, 2006

kaed, Moumout, Nazih
















Les trois mousquetaires du fond de leurs verres en arabe se chargent de mots.

Mouillés de pluie qui tombe en français et de soucis qui tombent en masse, survivre parait un bien piètre terme.

Au terme de leur verre ils s’imposent la lutte moderne.

Que faire ?

Les trois mousquetaires se lèvent, me réservent leurs sourires s’enfuient des prisons verrières et s’enfoncent dans leur rêveries post guerrières et marchent vers le bout de la rue.

(Kaed, Moumout, Nazih)

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

la terre est ronde pour ceux qui s aiment
chta2tellkon
a tres bientot j espere
persefphone

9:39 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home